2017/12/18Médiateur du Faso/ministère de l’Economie : Un partenariat gagnant-gagnant pour régler les conflits.

Le Médiateur du Faso, Saran Sérémé, a reçu en audience la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Adizatou Rosine Coulibaly, le lundi 18 décembre 2017 à Ouagadougou. Elles ont échangé sur un partenariat entre les deux institutions pour un fonctionnement harmonieux de la société burkinabè.

La ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Adizatou Rosine Coulibaly, entend soutenir le Médiateur du Faso, Saran Sérémé, dans la réalisation de ses missions de médiation entre les administrés et l’Etat. La ministre en charge de l’économie a été reçue en audience par Saran Sérémé, le lundi 18 décembre 2018 à Ouagadougou. Selon Mme Coulibaly, cette visite a été d’abord une occasion pour elle de féliciter le Médiateur du Faso pour sa nomination et surtout l’encourager au regard de la mission qui lui est confiée. A l’entendre, le Médiateur du Faso joue un rôle important dans le cadre institutionnel du pays et dans la gestion des crises. C’est pourquoi, selon elle, il est de son devoir d’apporter son soutien à « sa sœur » pour la promotion du règlement des conflits à l’amiable. « Nous devons travailler de concert avec le Médiateur du Faso parce que l’institution a besoin d’une meilleure compréhension et d’un accompagnement du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement que je dirige. Il s’agit de voir comment nouer un partenariat gagnant-gagnant aussi bien pour les deux institutions que pour le pays tout entier », a indiqué Adizatou Rosine Coulibaly. Elle a rassuré que son ministère va travailler dans la mesure du possible pour accompagner le Médiateur du Faso en ressources financières selon les prévisions budgétaires. Saran Sérémé s’est dit honorée par cette visite qui témoigne, selon elle, de l’importance accordée à son institution. Pour elle, il serait difficile pour l’administration burkinabè d’être efficace si l’atmosphère de travail n’est pas sereine en son sein. « Notre institution en tant que défenseur de la population et interface entre les populations et l’Etat, doit travailler à créer un bon climat social dans les services. La ministre des Finances dirige aussi une institution susceptible de vivre une crise de personnel. En outre, c’est elle qui gère le nerf de la guerre de l’Etat et forcément nous ne pouvons pas ne pas travailler ensemble », a soutenu le Médiateur du Faso, Saran Sérémé.