2018/4/23Construction du pont sur la Sirba : L’ombre de la mort se dissipe des usagers de la RN18.

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a effectué le jeudi 19 avril 2018, une tournée de contrôle des travaux d’entretien routier à Koupèla et à Andemtenga, dans la province du Kourittenga mais aussi de construction du pont de la Sirba dans la Gnagna. Si certaines entreprises ont été félicitées pour l’avancement de leurs travaux, pour d’autres le ministre a menacé de leur retirer le marché pour cause de grand retard.

La route départementale (RD 26) reliant Koupéla, chef-lieu de la province du Kourittenga, à la commune d’Andemtenga et longue de 18,500 km connaît des travaux d’entretien en ce mois d’avril 2018. Des tas de terre déposés çà et là, des ouvriers coulant du béton ou démolissant des anciens ponts, les travaux sur cette route ne laissent aucun usager indifférent. C’est pour constater de visu l’avancement des travaux que le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma et ses collaborateurs ont emprunté la voie dans la matinée du jeudi 19 avril 2018. Sa sortie s’est faite à la suite de plusieurs tournées effectuées dans d’autres régions du pays. En effet, dans le cadre de son programme d’entretien périodique du réseau routier national, le gouvernement burkinabè a entrepris en 2017, un vaste projet dans dix régions. Est-ce que l’entreprise travaille ?, a demandé le ministre Bougouma aux responsables de OZED Ingénieurs SARL, chargée du contrôle. A cette interrogation, ils ont fait savoir qu’ «il y a eu un temps de flottement mais maintenant les choses bougent».
Et Edouard Tiendrébéogo de l’entreprise Béogo, bénéficiaire du marché, de préciser qu’il reste environ 4 km pour achever le chantier. «Il faut mettre l’accent sur le terrassement parce que c’est une zone où il y a beaucoup d’eau pendant la saison pluvieuse», a suggéré Eric Bougouma, tout en émettant des doutes quant au respect du délai du 15 mai. Après ce chantier, la visite s’est poursuivie sur le tronçon Andemtenga-Bilanga, long de 44 km, qui connaît également des travaux d’entretien périodique. Là, le taux d’exécution est estimé à 15%, soit 5 km de mise en œuvre pour une consommation du délai de 52%, selon OZED Ingénieurs SARL.
Une situation qui a suscité la colère du ministre. «Vous êtes très en retard. Nous avions voulu vous retirer le marché et vous nous avez demandé quelques jours pour vous rattraper. Mais dans deux semaines, nos services de contrôle vont repasser et si ça ne bouge pas …», a proféré le ministre des Infrastructures à l’entreprise Le Prestataire, chargée des travaux. Une situation que le Président directeur général (PDG) de Le Prestataire, Idrissa Ouédraogo, a tenté de justifier. «Nous avions un problème de trésorerie mais qui s’est finalement débloqué depuis hier, donc dans deux mois vous pouvez revenir voir ce que nous allons faire», a-t-il lancé, tout en reconnaissant que le délai d’exécution ne sera pas respecter mais les points critiques notamment le pont du barrage de Bilanga-Yanga ainsi que le maximum du terrassement seront exécutés.

Des satisfactions

Par ailleurs, a souligné le PDG, l’essentiel pour son entreprise est de bien exécuter le contrat, même si le délai n’est pas respecté. Dans cette lancé, le chef du département en charge des routes a salué la qualité de la mise en forme latéritique déjà effectuée sur les 5 km. Cette satisfaction a été plus grande quand il est arrivé sur le chantier de construction du pont sur le fleuve Sirba et ses voies d’accès sur la Route nationale 18 (RN18) dans la province de la Gnagna.
En effet, le taux d’exécution est estimé à plus de 80% avec un délai contractuel consommé de 60%. «J’ai d’abord un souvenir triste parce que beaucoup de personnes ont perdu la vie ici et nous avons constaté le désarroi de la population en 2016 lors de notre visite. Depuis de longues années, une solution est recherchée et cet ouvrage magnifique que nous voyons ce matin est une fierté pour l’ensemble du ministère des Infrastructures et je crois aussi, pour les usagers de la RN18», a confié le Eric Bougouma, tout en précisant que c’est le grand pont du Burkina Faso (300 m de long). Dans la foulée, il a promis que le bitume se posera sur le pont mais a demandé la patience et la confiance des populations. En outre, il a salué la compétence et le sérieux du groupement GJ Sarl/Fadoul TECHNIBOIS/SEG-NA BTP, exécutrice du marché, parce qu’elle est en avance sur le délai prévu. Pour terminer sa tournée de supervision dans les deux provinces, le ministre s’est rendu sur le chantier des travaux de réhabilitation et de renforcement de la route nationale n°4 (RN4) notamment le tronçon Koupèla-Gounghin d’une distance de 34 km. Le chef d’agence SOGEA SATOM-Burkina, Robin Testot-Ferry, a reconnu un retard dû à un problème sur la recherche de carrière d’agrégats mais aussi sur les études.
«Aujourd’hui, toutes les tâches critiques qui était le terrassement des ouvrages sont avancées à 90% et nous sommes passés à la phase de couche de chaussée et de béton bituminé qui ont pris des vitesses de croisière. Nous rassurons que nous allons terminer dans les délais», a indiqué Robin Testot-Ferry. Pour le ministre, les caractéristiques techniques des travaux respectent les normes, ce qui est une satisfaction pour son département. En ce qui concerne le retard accusé, il a invité l’entreprise à le rattraper pour que le 18 août 2018 les travaux soit terminés.